Petits Bouts de Lecture #1 4


Aujourd’hui je te parle de mes deux dernières lectures, deux jolis livres qui donnent le sourire et mettent du soleil dans le coeur (et du soleil, vu le temps « moisi », ça se prend) !

Livre 1170 x 200 cadre Tyrannosaure

Rassurez-vous, il n’y a pas de vrai tyrannosaure dans cette histoire.
Mais il y a Félix, un paléontologue peureux à qui sa grand-mère ordonne de quitter la femme avec laquelle il vit pour affronter ses pires angoisses. S’il y parvient, il aura droit à une immense surprise…
Et puis il y a Olive, sur le point de se marier, qui annonce à sa famille que son couple ne désire pas avoir d’enfant. Scandale, indignation et machinations de la mère et de la belle-mère !
On évoque Tom, aussi ? Un flic désabusé et terriblement romantique, trop sans doute pour la fille capricieuse qu’il va rencontrer.
Et n’oublions pas Ava, vendeuse d’escarpins de luxe, qui reçoit un jour d’une cliente millionnaire  un bijou hors de prix, et qui quitte illico cet emploi qu’elle déteste tant. Jusqu’à ce que son bijou disparaisse…

Ce livre, j’ai eu envie de le lire tout simplement parce que j’avais vu sur Twitter que Baptiste Beaulieu en parlait. C’était juste après ma critique de son livre « Alors vous ne serez plus jamais triste » et, appréciant la personne qu’il est au travers de ses écrits et son blog, j’avais comme une sorte de « confiance absolue » dans ses propos au sujet du Tendre Baiser du Tyrannosaure. Aussi, je me le suis procurée avant de partir en week end à Florence, et je n’ai pas été déçue.

Emprunt de beaucoup d’humour, d’amour et de tendresse pour ses personnages drôles et touchants, j’ai beaucoup aimé suivre les tribulations de chacun, dans une sorte de quête de soi-même.
L’histoire de Félix sera celle qui m’aura le plus fait sourire, notamment parce que la femme qui partage sa vie n’est pas celle qu’on croit, et pour ma part, cela m’a beaucoup surprise (me suis fait eu je l’avoues).

Agnès Abécassis sait raconter les histoires de manières amusantes en dépeignant le quotidien de ces personnages parfois désabusés, parfois un peu abîmés par la vie, mais haut en couleur, de façon à nous ressembler, et nous offrir un ordinaire finalement extraordinaire, fait de drôle de rencontres et « faux hasards ».

Le récit est fluide, l’histoire se lit et se dévore vite tellement tout se succède à merveille, passant d’un personnage à un autre sans jamais nous perdre, et le livre regorge de situations où chacun de nous peut s’identifier. Ces tranches de vies, dont l’épilogue ne peut qu’être heureux, offre le sourire au lecteur. Il ne m’aura fallut que quelques heures de trajets dans le métro pour terminer cette histoire qui m’a semblé au final bien trop courte, car j’aurai aimé prolonger ce moment de partage de la vie des personnages un poil plus longtemps !

Si tu souhaite te procurer « le tendre baiser du tyrannosaure » d’Agnès ABÉCASSIS, tu peux le trouver :
-> sur le site de la Place des Libraires ici

9782253068815-001-T

Livre 1170 x 200 cadre Vampire

Journal intime tenu durant l’année où M. Malzieu a lutté contre la maladie du sang qui a altéré sa moelle osseuse et la mort personnifiée, Dame Oclès.

Que dire de ce livre ?
D’abord, que je n’avais jusque là jamais lu aucun livre de Mathias Malzieu, pas par manque d’envie, juste que je n’ai jamais prit le temps d’en acheter, ou emprunter, malgré tout le bien que j’ai entendu de ces derniers.
Puis, il y a eu ma copine Temoicka qui m’en a parlé, elle qui adore l’auteur, ainsi que l’artiste de Dionysos, qui m’a convaincu avec ses mots à elle du talent de l’écrivain, et m’a donné l’envie de m’y essayer.

Enfin, il y a eu la rencontre entre Mathias Malzieu lui-même et ma copine toujours, chez lui, lors d’une journée hors du temps dont elle parle sur son blog et dont elle m’avait parlé lors d’un déjeuner, m’offrant des tas de détails incroyables sur le personnage, et son petit univers.

Alors, quand j’ai lu Journal d’un vampire en pyjama, j’avais dans les yeux les photos qu’elle m’avait montré, et tout ce qu’elle m’avait dit de lui en échos au fond de moi.

Ce livre est donc né du journal tenu par Mathias Malzieu pendant sa maladie (une moelle osseuse en panne, et voilà que débute un réel épisode de Dr House) de l’annonce à toute sa convalescence. Livre poétique, magique, débordant d’amour et d’espoir, ode à la vie complet, il a un vrai talent des mots, et est capable de rendre l’ordinaire magnifique, de rendre le « laid » beau ou encore de personnifier la douleur, le doute, la peur, la mort aussi, en Dame Oclès, représentation de l’épée qu’il a au dessus de sa tête, pendant toute cette période où il vit en sursis, dans l’attente d’un donneur, ou d’un remède.

Le fait qu’il s’agisse d’une oeuvre autobiographique ajoute au côté « dramatique » qui nous fait nous poser cette simple question « et si c’était moi ? », mais pourtant, il n’est jamais question de tragédie, et pour cause : Mathias Malzieu reste un éternel optimiste, amoureux de la vie dans son entièreté. Plutôt que de partager avec nous ses doutes et peurs uniquement, de nous balancer du pathos comme on en voit souvent ici et là, pour que l’on angoisse au fil des pages (et BOUM ça se transforme en thriller), il partage toutes ces -non toutes SES- raisons qui lui donnent cette force de tenir, l’envie de croire qu’il ira mieux, toutes ces/ses raisons qui l’obligent à vivre, et qui font les vitres de sa chambre stérile s’effacer peu à peu.

J’ai aimé tout l’amour qu’il pose dans chacun de ses mots, sa drôlerie touchante, humour emprunt de douceur, et cet univers où bon nombre de ses références me parlent. Il ne renonce à aucun rêve, mais apprend à vivre de manière plus mesuré, en pensant toujours à l’après, même si parfois l’impression que demain n’existe pas semble l’envahir.
L’amour pour sa famille, son amoureuse (et, usant du terme « mon Amoureux » dans mon quotidien, et étant appelée comme telle, j’adore cette façon de nommer sa moitié, expression pleine d’amour et de bienveillance), mais aussi l’amour ou plutôt l’admiration pour le personnel hospitalier, ces nymphirmières comme il aime à les appeler, portent ce livre enchanteur.
Il s’agit d’un bel hommage à ces personnes qui ont rendu tout ce temps passé moins pénible pour lui, et qui contribuent à rendre le quotidien des malades un peu plus doux, mais également d’un hommage à ceux qu’il aime, et ceux qui l’aiment.

De part mon métier aussi [un organisme de formation en oncologie], j’ai aimé lire ces remerciements chaleureux et authentiques, d’un malade envers le personnel hospitalier qui l’a aidé à traverser tout cela, le préservant d’une solitude forcée (= en chambre stérile).
Côtoyant de plus en plus d’infirmiers, et ayant souvent l’occasion d’échanger avec eux en fin de formation, j’ai découvert chaque fois des personnes touchantes et aimantes de leur métier, respectueuses de l’humain et faisant preuve de compassion, voir trop parfois au point de s’y perdre et de souffrir avec/pour leur patient. Les entendre me parler de leur quotidien auprès de gens malades me fait réaliser combien elles sont d’une aide précieuse, et que leur délicatesse dans chacun de leur geste a une importance parfois capitale, qui peut permettre au malade de ne pas sombrer, de se maintenir à flot. J’ai retrouvé cela dans le livre de Mathias Malzieu, cette part authentique et ce dévouement humain, tout comme sa reconnaissance, et cela m’a d’autant plus émue.

J’ai beaucoup pensé pendant la lecture de ce livre à toutes ces histoires que j’ai pu lire jusqu’ici de Baptiste Beaulieu, et, si jamais vous passiez par ici Baptiste, j’aimerai bien savoir si vous avez lu ce livre et si oui, ce que vous pensez de la façon dont Mathias Malzieu parle du personnel soignant, [alors]vraiment ;)

Si tu souhaite te procurer « Journal d’un vampire en pyjama » de Mathias MALZIEU, tu peux le trouver :
-> sur le site de la Place des Libraires ici

Malzieu250

 

Je suis passée par bien des émotions en lisant chacun de ces livres, mais c’est avant tout la joie qui a prédominé chaque passage, offrant des lectures où on se retrouve avec un seul rictus involontaire sur le visage : un sourire.
Je ne peux que te les conseiller tout deux car c’est là des lectures réconfortantes comme un chocolat chaud rempli de guimauve colorées un soir d’hiver :)

 

 

Zelle

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

    Des Petits Bouts qui se ressemblent...


    Laissez un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    4 commentaires sur “Petits Bouts de Lecture #1

    • Ta collègue d'en face

      Ca m’a bien donné envie de les lire !! :P
      Pour Mathias Malzieu, je pourrais te prêter « la mécanique du cœur » si tu veux…

    • Aileza

      C’est vrai que Mathias est un mec à part, une sorte d’ovni… Moi j’adore le chanteur, sa voix chaude et unique. Bref tu m’as donné envie de le lire…. quand j’aurais le temps ;)
      Très belles chroniques littéraires en tous cas ma chère Zelle :)

      • Zelle Auteur du billet

        En effet, il est un peu « hors catégorie », avec son univers, et du coup j’appréciai le chanteur, je découvre qu’il est bien plus que ça, un artiste accompli en quelque sorte. Je suis contente que mon article t’ai donné la curiosité de lire ces livres, après, le temps, il viendra bien (mais arrête donc de blogguer … non en fait continue, j’apprécie trop tes articles et ta répartie !)
        Merci beaucoup Aileza, venant de toi ce compliment me touche beaucoup dans mon p’tit coeur <3