Petits Bouts de Lecture #2


Retour sur mes 3 dernières lectures en date. Je n’ai pas dévoré de livres ces derniers temps, même si j’ai apprécié les derniers livres en main, mais pas de coup de cœur pour mes Petits Bouts de Lecture #2.

Petits bouts de lecture #2 - Pettigrew

À Edgecombe Saint Mary, une tasse de thé délicatement infusé est un rituel auquel, à l’heure dite, le major Ernest Pettigrew ne saurait déroger. Désormais veuf, ce parfait gentleman retraité du Royal Sussex a pour seule compagnie ses livres, ses chers Kipling et quelques amis du club de golf — tous occupés à fuir leurs dames patronnesses. Et ce n’est guère son fils, dévoré par l’ambition et les jeux du pouvoir de la City, qui saurait être le complice de ses vieux jours.
Quand l’amour se présente soudain à lui sous les traits de la douce Madame Ali — l’épicière d’origine pakistanaise et de confession musulmane —, la communauté villageoise s’émeut, l’équilibre familial vacille. Le major, si respectueux des traditions, saura-t-il mener sa dernière conquête, contre les convenances, la vox populi et … lui-même ?

Livre prêté par ma collègue d’en-face, j’ai lu assez rapidement ce livre, à mon grand étonnement. Je dois avouer que les premières pages ne m’avaient pas particulièrement emballée, un rythme peut être un peu lent, l’impression de ne pas vraiment savoir si l’histoire va se développer, ni où l’auteure souhaite nous emmener… Puis, au fil de la lecture, on se rend qu’il n’est pas question d’aventure passionnante, juste l’histoire d’une petite ville avec ses aléas, d’une rencontre, d’un amour naissant, maladroit, dans un context peu favorable, le tout dans un décor so british qui donne envie de siroter un thé.

J’ai beaucoup apprécié la simplicité des personnages, et comment le major Pettigrew développe des sentiments amoureux comme un jeune adolescent. Il est touchant de simplicité, de sincérité, à l’égard de cette femme qui sonne « faux » dans ce décor fade et anglais. Ce livre est une histoire simple sur l’amour dans tout les sens du terme : l’amour d’un père pour son fils, d’un homme pour une femme, d’un frère…. et aussi une histoire de tolérance, avec cette famille pakistanaise qui ne parvient pas finalement à s’intégrer malgré les années passées.

Ajouter à cela le tourisme que l’on fait au fil des pages dans l’Angleterre profonde, et tu as dans les mains un livre agréable à lire, avec un petit plaisir supplémentaire les jours de pluie sous un plaid avec une tasse de thé ;)

Si tu souhaite te procurer « la dernière conquête du major Pettigrew » de Helen SIMONSON, tu peux le trouver :
-> sur le site de la Place des Libraires ici

Pettigrew

Livre Un jour

A Londres et à Edimbourg, mais aussi dans le Yorkshire, en Inde, en Italie, en Grèce et même à Paris, de 1988 à 2007. Après la fête de fin d’année, Emma et Dexter passent une nuit ensemble. Lui, issu d’un milieu aisé, séduisant, sûr de lui, insouciant, frivole, dilettante ; elle, d’origine modeste, charmante qui s’ignore, bourrée de complexes, de principes et de convictions politiques.Commence alors une amitié improbable, une drôle d’histoire d’amour sur près de vingt ans. Dexter voyage et collectionne les aventures ; Emma travaille comme serveuse dans un mauvais tex-mex. Dexter devient animateur télé et court les soirées branchées ; Emma renonce à ses ambitions artistiques et enseigne l’anglais et le théâtre dans un collège difficile. Dexter se marie avec Sylvie, beauté froide et ambitieuse et lui fait un enfant ; Emma finit par vivre avec Ian, aspirant humoriste qui ne fait rire personne… Dexter et Emma mènent des vies séparées alors que tout les ramène l’un à l’autre. A moins que le destin, encore une fois, ne se joue d’eux…

Chaque personne m’ayant vu lire ce livre m’a posé cette question : « as-tu vu le film ? ».

Et bien NON je ne l’ai pas vu ! J’ai lu ce livre sans savoir au moment où je l’ai acheté (y’a déjà un paquet de temps) qu’une adaptation cinématographique existait, et maintenant que je l’ai fini, je ne sais pas trop si j’aurai envie de voir le film.

Un jour, c’est une histoire d’amour et d’amitié, sur des années entières, entre deux personnages qui s’aiment et qui s’ignorent. Question de timing, Dexter et Emma ne parviennent jamais a mettre leur sentiments au diapason, et on espère au fil des pages qu’arrivera enfin LE bon moment pour que leurs sentiments s’épanouissent ENFIN. Au fil du livre, l’histoire propose des chapitres alternant passé et présent, et fait des bonds d’un an jour pour jour entre deux chapitres. J’ai eu un peu de mal parfois avec ce concept, ayant du mal à réaliser le temps passé entre chaque ellipse. Et j’ai parfois eu envie de tarter Emma ou Dexter devant leur incapacité à se rendre compte que bordel vous êtes fait l’un pour l’autre ça crève les yeux ! De vrais handicapés des sentiments j’te jure !

Cela ressemble donc à une banale histoire d’amour qui n’arrive pas à éclore, ou à chaque fois que l’un réalise l’importance de l’autre, manque de bol l’autre est déjà prit ou préoccupé par autre chose, ou aveugle, sourd, bref il s’auto friendzone constamment et c’est épuisant.
Pour autant, le livre nous offre un retournement de situation totalement inattendue vers les 3/4 du livre, qui bouleverse complètement l’histoire. J’avoue n’avoir absolument rien vu venir, et cela enclenche forcément des bouleversements ici et là. Mais, cela ne m’a pas permis d’accrocher pour autant, malgré cet effort de ne pas faire une histoire banale du début à la fin. J’ai apprécié les personnages, très attachants, très humains et maladroits avec leur sentiments (= handicapés des sentiments je t’ai dit), j’ai aimé les monologues, l’humour d’Emma, le style d’écriture. Mais ça n’a pas suffit à rendre ma lecture passionnante. J’ai eu beaucoup de mal à m’y tenir, sans engouement ni passion, sans ce besoin urgent de lire la suite, et j’ai mis du temps à le finir (la vérité c’est que j’ai interrompu ma lecture pour embrayer sur un autre livre, c’est dire…).
Peut être était-ce trop mièvre par moment, trop long, trop vain ? Je retiens de cette lecture un moment certes agréable, mais pas non plus indispensable, et j’aurai tendance à me dire que j’aurai peut être dû plutôt voir le film pour le coup, qui aurait été moins long et moins pénible… 

Si tu souhaite te procurer « Un Jour«  de David NICHOLLS, tu peux le trouver :
-> sur le site de la Place des Libraires ici

Un Jour

Livre Bibliothèque

Tout commence par les lettres que s’envoient deux femmes très différentes : Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, vivant à Haninge en Suède, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l’Iowa. Après deux ans d’échanges et de conseils à la fois sur la littérature et sur la vie, Sara décide de rendre visite à Amy. Mais, quand elle arrive là-bas, elle apprend avec stupeur qu’Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette étrange petite ville américaine. Pour la première fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis – et pas uniquement les personnages de ses romans préférés –, qui l’aident à monter une librairie avec tous les livres qu’Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une véritable renaissance. Et lorsque son visa de trois mois expire, ses nouveaux amis ont une idée géniale et complètement folle pour la faire rester à Broken Wheel…

Quand je suis arrivée sur la fin de ma lecture, l’Amoureux m’a dit que cela semblait faire plusieurs jours qu’il ne me restait plus que quelque page, comme si je ne voulais pas que le livre se termine. Et il avait raison. Je n’avais pas envie que cette lecture se termine.
Livre totalement chamallow, empli de bon sentiment, de personnages adorables, d’un happy end comme je les aime, je me suis attaché à Sara et toute cette petite ville oubliée, au point que je n’avais pas envie que cela prenne fin.

La bibliothèque des cœurs cabossés est une histoire charmante, pleine de situation inattendue qui sait surprendre et charmer. C’est aussi, surtout, un livre hommage … aux livres ! Sara, rat de bibliothèque peu accoutumée au rapport humain, va apprendre à s’ouvrir aux autres, à sortir son nez de ses bouquins pour découvrir la vraie vie, et en échange elle va offrir à cette ville qui se meurt doucement, une nouvelle dynamique et une fenêtre ouverte sur la lecture, en leur transmettant un peu de son amour pour les livres.

Qu’on ne se méprenne pas, la bibliothèque des cœurs cabossé n’est pas le livre du siècle. Mais il a tout les ingrédients d’une lecture qui donne le sourire, et c’est déjà un gros pari réussi là où d’autre livre échoue.

J’ai beaucoup aimé retrouver plein de titre de livres ici et là, tout comme le rapport au livre de Sara (peut être un peu extrême quand même), et j’ai d’ailleurs noté quelques titres par curiosité dont j’avait entendu brièvement parlé, pour voir si je les acheterai à l’occasion. Également, j’ai souris lorsqu’elle compare chaque situation réelle à des situations vécues dans des livres par ses modèles sur papier. Les livres sont pour elles le reflet de ce que devrait être la réalité, avec des grandes aventures, des romances cavalières, des amours plus fort que tout, des femmes fortes….. et elle réalisera au fur et à mesure de son séjour à Broken Wheel que la réalité, si elle ne ressemble pas à toutes ces histoires romancées, est une aventure personnelle qu’il vaut vivre pour écrire sa propre histoire.

Mon petit regret, si la passion du livre semble se transmettre dans la petite ville de Broken Wheel doucement mais sûrement, c’est surtout via des livres très grand publique (Bridget Jones, sérieusement ?) ; j’aurai aimé retrouvé des livres plus « intimistes », moins populaires, pour faire de vraie découverte, des livres plus personnels et proches de l’auteur peut être. Après, je ne juge pas pour autant ce genre de roman, aimant moi-même ce genre de lecture, et j’ai été très contente de retrouver plus d’une fois des références à Beignets de tomates vertes, mais plus de livres méconnus auraient été bienvenus.

J’ai passé un très bon moment à lire ce livre, que je trouve parfait pour les vacances ou à lire avant de s’endormir.

Si tu souhaite te procurer « la bibliothèque des cœurs cabossés » de Katarina BIVALD, tu peux le trouver :
-> sur le site de la Place des Libraires ici

Cabossés

Rendez-vous sur Hellocoton !

Des Petits Bouts qui se ressemblent...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *