[Dossier Wonder Boy] Wonder Boy III : Monster Lair

Voici un nouvel article rétro pour la continuité du dossier Wonder Boy mais rédigé, cette fois, par l’Amoureux !

Pourquoi ?
Primo, parce que je ne vais pas te parler d’un jeu que je ne connais pas du tout.
Deuzio, parce qu’il a déjà fait un article à ce sujet pour le site dont il est l’administrateur, JeuxCollector et qu’il m’a autorisé à reprendre cet article en question pour parler de cet opus totalement différent des autres Wonder Boy, puisque l’on quitte le jeu de plateforme pour un tout autre registre. Je n’en dis pas plus, voilà son article :) En revanche, je te préviens, c’est un poil plus technique !

[LOOSE TEST] Wonder Boy III : Monster Lair

Tout le monde [ou presque] connait Wonder Boy, ce petit bonhomme des cavernes qui lance des haches, fait du skateboard à tout allure sur des escargots pour sauver sa copine, c’était en 86, sur une multitude de plateforme de l’époque. Puis il y a eu Monster Land, premier titre de la saga Monster World, on est passé du simple jeu de plateforme arcade au jeu mi plateforme mi aventure, Tom-Tom revient pour battre un terrible dragon. Jusque là, Wonder Boy est une série qui prenait une bonne tournure, il y avait de quoi être optimiste pour la mascotte de Westone … Puis viendra un 3ème jeu, Wonder Boy III : Monster Lair, celui là même dont on va vous parler ici, sorti sur Megadrive.

Wonder Boy III : Monster Lair n’est ni un jeu de plateforme, ni un jeu d’aventure mais un mélange entre plateforme et jeu de tir, un « run’n gun » en quelque sorte, le tout sur fond de couleur bonbon et de méchant, pas trop méchant.

[LOOSE TEST] Wonder Boy III : Monster Lair

Ici point de Tom-Tom comme dans les 2 précédents opus de Wonder Boy, mais le héro se nomme Léo, accompagné de Purapril en mode 2 joueurs. Léo a les cheveux verts, il chevauche une sorte de dragon rose pour les niveaux aériens à la poursuite d’un méchant pour libérer leur royaume.

[LOOSE TEST] Wonder Boy III : Monster Lair [LOOSE TEST] Wonder Boy III : Monster Lair

Bien qu’un peu niais par son aspect, le graphisme, la bande son et la jouabilité en faisait une bonne experience sur son support d’origine, le System16 de SEGA, en arcade donc. Puis vient 2 adaptations consoles, d’abord sur NEC PC-Engine, console ayant le vent en poupe dans cette fin des années 80 et le début des années 90, adaptation excellente et terriblement fidèle à la version Arcade, puis une sur SEGA Megadrive, et là, on ne comprend pas ce qu’il a bien pu se passer …

[LOOSE TEST] Wonder Boy III : Monster Lair
Graphiquement, le jeu ne tient pas la comparaison avec son ainé. Les décors sont laids, souvent vides, l’animation n’est pas bonne, on pourrait presque dire qu’on est sur Master System [à la palette de couleur près]. La bande sonore n’est pas mauvaise, certaines musiques sortent même du lot, mais les bruitages sont nuls. La jouabilité n’est pas aussi précise et agréable que la version Arcade en tout cas. La difficulté est malgré tout bien présente mais comme pour couronner le tout, on se retrouve avec moitié moins de niveau que dans les 2 versions précédement citées … c’est du vol … tout simplement. Je suis méchant, je le sais. [LOOSE TEST] Wonder Boy III : Monster Lair

Pourtant l’idée de changer la couleur des boss selon leur point de vie restant n’est pas mauvaise, idem pour le système d’augmentation des armes [meme si le changement est trop fréquent et la durée de ces armes trop courte] ou les combats contre les boss en plusieurs niveaux, mais non, ce n’est pas suffisant pour s’amuser, trop basique. La seule originalité, qui est en plus un point négatif selon moi, est cette barre de vie a remplir à l’aide de fruit au fur et à mesure des niveaux sous peine de mort … il se fatigue vite le Leo faut dire, il passe son temps à courir sur place.

Alors oui, un jeu de ce style, non violent, jouable en coopération, l’idée était bonne, le public présent, mais la réalisation de cette adaptation gâche rapidement le plaisir.

[LOOSE TEST] Wonder Boy III : Monster Lair

Verdict : Plus mauvais que moyen, pourtant le matériau original était de qualité, mais c’est encore une adaptation manquée, et qui n’a pas d’excuse « technique » cette fois ci. Désolé SEGA, mais là c’est vraiment dégueulasse ce que tu as fait à Wonder Boy. Ciao Léo, heureusement que Tom-Tom connaîtra des suites bien mieux inspirées…

Mr l’Amoureux

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Des Petits Bouts qui se ressemblent...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *