[TV] Nos Séries de 2015 2


J’ai longtemps voulu faire des articles sur mes séries coup de coeur (ou non), mais je n’ai jamais pris le temps de faire. Il faut dire, je trouvais ça « pénible » de rédiger un article par série au fur et à mesure.
Maintenant que l’année 2015 est derrière nous, je trouve bien plus simple de faire un petit retour sur ce que j’ai vu, en entier ou non, et aimé ou non, dans un seul et unique article. Ok, ça fait un pavé, mais peut être trouveras-tu une série dont tu ignorai l’existence et qui pourrait te convenir !

 COLLAGE SERIES V1 800

Jessica Jones

Jessica Jones, souffrant de stress post-traumatique suite à une confrontation avec Kilgrave, a remisé ses envies d’être une super-héroïne au placard afin d’ouvrir une agence de détective. Mais lors d’une nouvelle enquête, ses anciens démons vont resurgir.

Issue de l’univers Marvel mais méconnue du grand public, Jessica Jones se déroule dans le même univers que les Avengers, et plus précisément dans celui de Dardevil. On a donc des supers pouvoirs, des supers gentils, des supers méchants. Jusque là rien d’original, si ce n’est le côté psychologique de la série. Beaucoup repose sur le passif et les émotions de Jessica, et notamment sa terreur face à un Kilgrave à priori indestructible.
La force de la série ? Le casting. Jessica Jones est interprétée par une Krysten Ritter impressionnante par sa capacité à afficher le mépris dans son regard (je t’assure, c’est bluffant) et passer d’une émotion à une autre, tantôt fragile, tantôt forte, tantôt dans le doute ; et que dire de David Tennant dans le rôle de Kilgrave ? Tout le monde s’est transcendé parce qu’il s’agit « Du Docteur » mais moi, je ne regarde pas Docteur Who. Je n’ai donc aucune à priori le concernant, ni attente, et je reconnais donc là son talent d’acteur, à la fois singulier, charmeur, profondément meurtri, blessant, blessé, dans la souffrance et l’envie de faire souffrir, à la limite du sadisme. Kilgrave fait peur, Jessica, qui détient une force hors norme, est paralysée d’effroi face à cet homme, et on comprend vite l’ascendant psychologique qu’il a sur elle et pourquoi.
Je me suis totalement laissé prendre par cette série, et j’attends avec impatience la suite, même si je doute fortement qu’elle puisse être meilleure pour bien des raisons.

Jessica Jones 800

Daredevil

Aveugle depuis l’enfance, mais doté de sens incroyablement développés, Matt combat l’injustice le jour en tant qu’avocat et la nuit en surveillant les rue de Hell’s Kitchen, à New York, dans le costume du super-héros Daredevil.

Tout le monde connait Daredevil. Soit parce que l’on a une petite culture en comics, soit parce qu’on sait que Ben Affleck a tenu ce rôle. Si tu fais parti de ceux qui ont vu Ben Affleck jouer l’aveugle, oublies tout !! Tout de suite, reset !! Et regardes ce Daredevil qui rend ses lettres de noblesse à ce comics qui valait tellement mieux que ça.
Charlie Cox interprète à merveille un Murdock en proie à un questionnement intérieur, entre sa quête de justice le jour, et celle de nuit, plus brutale, plus violente, moins… légale.
Une série qui rend la part belle au comics donc et donne envie d’en savoir plus sur ce personnage, en attendant la suite.

-Daredevil 800

Arrow

Les nouvelles aventures de Green Arrow/Oliver Queen, combattant ultra efficace issu de l’univers de DC Comics et surtout archer au talent fou, qui appartient notamment à la Justice League. Disparu en mer avec son père et sa petite amie, il est retrouvé vivant 5 ans plus tard sur une île près des côtes Chinoises. Mais il a changé : il est fort, courageux et déterminé à débarrasser Starling City de ses malfrats…

J’avais beaucoup d’a priori sur cette série avant de la débuter, je l’avoue. Pourquoi ? Peut être parce dans mon inconscient je pensais à Green Lantern et que je n’aime pas ? C’est en tombant dessus par hasard que nous avons tenté le coup. Et ça n’est pas si mal, loin de là. Pas aussi « gamin » que je le pensais, Arrow est une série pour jeune adulte. Mais, franchement, juste pour pouvoir admirer le sublime Stephen Amell, je suis prête à regarder cette série encore longtemps……..
Plus sérieusement, ça se regarde, on y trouve à boire et à manger (comprendre de la baston, de l’amour, de l’humour, du chagrin, tout quoi), ce n’est pas la série de l’année, mais c’est un divertissement très agréable.

Arrow 800

Sense 8

 Une femme se suicide dans les ruines d’une église située aux États-Unis. Sa mort mêle mystérieusement les existences de huit individus éparpillés aux quatre coins du monde. En effet, Nomi, Will, Riley, Capheus, Sun, Lito, Kala et Wolfgang partagent désormais des expériences intellectuelles, émotionnelles et sensorielles communes et se retrouvent capables d’intervenir dans leurs réalités respectives. Ils ne sont pas les seuls à disposer de ces capacités et sont recherchés par une organisation aux desseins obscurs.

Sense 8 est une série étrange. Très tendance car avec un esprit très libre, j’ai eu peur de ne pas aimer le côté extraverti à outrance. Finalement, j’ai donné une chance à cette série, et si les premiers épisodes sont très bizarres (en gros, on comprend rien), on finit par trouver de la cohérence dans ce sacré bazar, et si je trouvais l’ensemble au début très fouillis, on retombe un peu sur ses pieds à la fin. Bon, je dis un peu, car sans vouloir spoiler, il ne faut clairement pas s’attendre à des éléments de réponse à la fin de cette première saison qui pour moi sonne plutôt comme une mise en situation, une présentation de chaque protagoniste, sans vraiment avancer sur le fond de l’histoire (à savoir pourquoi ces 8 là et pas d’autres, pourquoi sont-il connectés, dans quel but précis, qui sont les gentils, qui sont les méchants, et tout et tout…).
A noter que l’on s’attache vite aux personnages, tous assez travaillés, intéressants, avec de la profondeur et portés par de bons acteurs. On peut facilement s’identifier chez l’un d’eux tant ils sont tous différents les uns des autres. Les romances de l’histoire sont aussi touchantes que troublantes, les rebondissements bien présents, et l’esthétisme au rendez-vous, avez un côté parfois assez poétique dans des plans séquences choisis, de beaux panoramas, comme un moment de relâchement dans cette grande débâcle.

Sense8 800

Marco Polo

Marco Polo est amené par son père à la cour du grand Kubilai Khan qui a déjà conquis de nombreux pays d’Orient et l’ensemble de la Chine à l’exception du Sud, toujours dirigé par la dynastie Song. Marco pénètre alors dans un univers où dominent cupidité, trahison, intrigues sexuelles et rivalités, et doit faire preuve d’ingéniosité pour gagner la confiance du Khan et l’accompagner dans sa quête féroce pour régner sur le Sud de la Chine. Il apprend le Kung-fu auprès d’un maître des Monts Wudang.

Dans la catégorie historique, comment ne pas parler de la série Marco Polo ? Avec ses somptueux décors et costumes qui ne sont pas sans rappeler la série Rome (que je ne peux que te conseiller), Marco Polo nous plonge dans l’histoire romancée de ce dernier, auprès des Mongoles.
C’est visuellement très réussi, bien interprété, et si ça n’est pas le plus proche de l’histoire connue de tous, elle a le mérite de donner envie d’en savoir beaucoup plus sur ce personnage. Reste que la série s’offre un cachet d’authenticité qui vaut le coup d’oeil, et si on cherche à se divertir tout en en apprenant d’avantage sur la période Mongole, sans pousser pour autant le vice, cette série est pour toi. Attention tout de même car la série peut parfois se montrer un peu violente. Mais en même temps, on s’en douterai un peu, non ?

Marco-Polo 800

Unbreakable Kimmy Schmidt

Kimmy Schmidt, une jeune femme de 29 ans originaire de l’Indiana, part vivre à New York après avoir passé quinze ans sous terre dans un bunker, en compagnie de trois autres femmes. Elles étaient prisonnières d’un gourou leur ayant fait croire que l’Apocalypse avait eu lieu.

Dans la catégorie OVNI du petit écran de l’année 2015, j’ai bien envie de te parler de cette série pour moi incontournable, je dirai même mon gros coup de coeur.
Cette série est à regarder absolument si on a envie de voir quelque chose de léger et drôle, très drôle.
Kimmy débarque à New York avec ses vêtements vieillots et ses airs de jeune fille perdue, après avoir passé des années enfermée dans un bunker avec d’autre jeunes femmes sous le joug d’un faux gourou illuminé, mais se révèle très rapidement tenace et déterminée à prouver aux monde entier qu’elle n’est pas qu’une « femme taupe« , ces femmes du bunker hyper médiatisées.
Pour moi cette série a été un baume pendant l’actualité parfois bouleversante de cette année 2015 ; elle m’a permise de prendre ma dose de positivisme et d’optimisme et de rire de bon coeur. Parce qu’avec Kimmy le message est clair : il y a toujours du bon partout, et dans toutes les situations. On peut transformer toutes les situations pour en tirer le meilleur, pour peu qu’on se donne la peine et se retrousse les manches.
Cette série offre un panel de personnage décalés et loufoques, et parfois très caricaturaux des personnalités New-yorkaise, et le mélange des genres et des classes sociales donne des situations aussi inattendues par moment que hilarante. Un must à voir pour se détendre. Vivement la suite !

unbreakable-kimmy-schmidt 800

Dontown Abbey

Cette série met en scène la vie de la famille Crawley et de leurs domestiques à Downton Abbey, une demeure anglaise à partir des années 1910.

Les héritiers de Downton Abbey ayant péri lors du naufrage du Titanic, la famille Crawley se retrouve dans une situation délicate : le domaine est soumis à l’entail, c’est-à-dire qu’il doit intégralement passer à un héritier mâle, le titre de Comte de Grantham, le domaine et la fortune de la famille étant indissociables. Les trois filles ne peuvent prétendre ni au titre ni à l’héritage. Matthew Crawley, un lointain cousin, est le nouvel héritier. Il arrive à Downton Abbey où il découvre un style de vie nouveau pour lui, avec des règles très strictes qui régissent la vie entre aristocrates et serviteurs. Si la première saison plante décors et protagonistes, la seconde montre comment la Première Guerre mondiale va faire basculer les destins des personnages, maîtres et domestiques et les saisons au nombre de six vont multiplier les rebondissements.

Cette série, je la regarde en solo, je l’avoues. Série de filles par excellence avec ses intrigues amoureuses qui nous passionnent, guerre des héritiers et gestion de domaine, j’ai pendant longtemps entendu parler de cette série sans jamais prendre le temps de la regarder, la faute à une époque et un genre qui ne me séduisaient pas.
Au final, c’est pendant ma période de chômage où j’ai prit le temps de visionner un épisode, par curiosité. J’ai fini par regarder tout les épisodes disponibles à une rapidité folle et me suis retrouvée dans l’attente de la suite.
Cette année, j’ai pu continuer sur ma lancée, mais à ce jour je n’ai pas fini la série ! Le temps me manque, comme toujours, et j’ai quand même assez souvent « mieux » à faire ;)
Si on aime les histoires d’amour à l’eau de rose souvent très compliquées (voir impossible), les histoires d’héritage, avec en toile de fond la première guerre mondiale, tu seras servi. On rit un peu, on pleure souvent, et on se dit qu’on est quand même bien lottie dans notre époque, dans nos amourettes et nos p’tites vies confortables !

Downton Abbey 800

The Fall

La série suit une enquête du Service de police d’Irlande du Nord (PSNI en anglais pour Police Service of Northem Ireland) sur une série de meurtres récents. Après 28 jours d’investigations sans résultats, la PSNI fait appel au Superintendant Stella Gibson de laMetropolitan Police Service pour réexaminer le dossier. Sous son commandement, la police locale doit traquer et arrêter un tueur en série, Paul Spector, qui s’en prend à des jeunes femmes de Belfast.

Série policière britannique datant de 2013, on m’en avait dit beaucoup de bien malgré les peu d’épisodes (5 seulement par saison, et qu’une seule saison sur Netflix sur les 2 actuelles). On y retrouve la très célèbre Gillian Anderson (L’agent Dana Scully, ça te revient ?)  et le [très] sexy Jamie Dornan (je te citerai bien, Once Upon a Time à titre d’exemple, mais hélas peut être Cinquante Nuance de Grey te parlera plus…!). Cette série est aussi courte que brillamment menée par ces deux acteurs, Gillian Anderson en Superintendant cougar et blasée et Jamie Dornan en conjoint modèle le jour, sérial killer la nuit (et il ne faut pas le confondre avec Dexter, ils n’ont clairement pas les mêmes ambitions dans le meurtre). Très adulte dans sa narration, cette série assez sombre (aussi bien par son contenu que son visuel, c’est gris… très gris) nous a tenue en haleine  malgré le peu d’épisodes, entre rebondissement et cliffhanger, pour nous laisser sur notre faim. Une deuxième saison a vu le jour, et une 3ème a d’ores et déjà été commandée.
À noter la performance de Jamie Dornan bien loin des rôles que l’on peut lui connaître (en même temps passé d’un gentil chasseur, à bourreau des coeurs, pour finir en tueur de femme de sang froid c’est un changement radical). Si tu aime les policiers bien menés et à l’intrigue solide, et que tu veux confirmer par la même occasion que Scully peut très bien s’en sortir sans Mulder, cette série est pour toi.The-Fall 800

Narcos

Loin d’un simple biopic de Pablo Escobar, Narcos retrace la lutte acharnée des États-Unis et de la Colombie contre le cartel de la drogue de Medellín, l’organisation la plus lucrative et impitoyable de l’histoire criminelle moderne. En multipliant les points de vue — policier, politique, judiciaire et personnel — la série dépeint l’essor du trafic de cocaïne et le bras de fer sanglant engagé avec les narcotrafiquants qui contrôlent le marché avec violence et ingéniosité.

Débuté récemment, nous n’avons pas encore fini de regarder ce biopic sur Pablo Escobar mais j’avais envie de parlé de cette série, même brièvement, car en plus de parler d’un sujet fort intéressant (les narcotraficants et notamment le très célèbre Pablo Escobar) elle prend place dans un décor très changeant, puisque l’on a peu l’occasion de voir un film se déroulant en Colombie entre nous, et cette série met en avant des acteurs très talentueux. Je suis assez admirative face au jeu de l’acteur interprétant Pablo Escobar – Wagner Moura – que je n’avais encore jamais vu ailleurs, et que je trouve coller parfaitement avec le personnage, de son physique jusqu’à l’image qu’on se fait de lui.
Les premiers épisodes visionnés étaient très bons, j’espère que la suite et la fin le sera tout autant, car il y a là du potentiel assurément !

Narcos 800

Black Mirror

Chaque épisode de cette anthologie montre la dépendance des hommes vis-à-vis de tout ce qui a un écran…

Série dites « d’anticipation autour des nouvelles technologies », dans la catégorie série dérangeante, j’ai nommé Black Mirror. Ou alors OVNI du petit écran. Cette série, de 4 épisodes par saison seulement, met en avant les travers de notre société vis à vis de la technologie de plus en plus envahissante, et dont nous dépendons de plus en plus, à s’en déshumaniser. Assez « brutale » dans sa conception, poussant la caricature à l’extrême et très sombre, cette série n’est pas sans rappeler le concept de « Au delà du réel » : chaque épisode est indépendant du reste, se situe dans une région ou une époque différente et avec des acteurs différents.
C’est très percutant et pour ma part, je ne suis pas « capable » de regarder plus d’un épisode à la fois, tellement cela amène à réflexion et me dérange. Je pense d’ailleurs que c’est une série à voir à plusieurs pour débattre ensuite de chaque épisode, tellement cette série pousse à s’interroger sur le chemin que prend notre génération, et à quel point nos smartphones, internet, Big Brother et tout ce qu’il y a autour a prit de l’importance dans nos vies.
La vie 2.0 c’est bien, mais quand c’est contrôlé, et contrôlable, quand on est capable de s’en passer (d’éteindre son téléphone la nuit, de ne pas aller sur FB plus de 5 min lol). Black Mirror montre du doigt ce moment où elle [la technologie] nous échappe, où elle prend le contrôle de nos vies, et nous asservie. Ce n’est pas Terminator et ses robots, choses qui tirent trop vers la science-fiction, c’est pire : il s’agit de la vraie vie, et ce qu’elle pourrait devenir demain, dans un hypothétique futur, pas si lointain, mais pas joli-joli la plupart du temps. Sommes-nous condamnés à devenir des pantins de la technologie ?
Bref, une série que je conseille vivement. Je n’ai pas fini de la regarder mais ça ne saurait tarder.

Black Mirror 800

True detective

La traque d’un tueur en série amorcée en 1995, à travers les enquêtes croisées et complémentaires de deux détectives, Rust Cohle et Martin Hart.

Si je te dis qu’une série avec Matthew McConaughey et Woody Harrelson est forcément une bonne série, tu me crois ? Parce qu’il est clair que la première saison de True detective ne serait pas ce qu’elle est sans ces deux acteurs d’exception, et interprétant avec leur tripes leur personnages. J’ai été séduite dès le premier épisode, tant l’atmosphère est lourde, tant les répliques sont cinglantes, le jeu d’acteur sublime, l’histoire prenante, l’esthétisme épuré. C’est un vrai thriller psychologique qui n’est pas sans faire penser à Seven dans sa narration (enfin pour ma part) et dans l’enquête. On suit ces deux policiers, que tout oppose, on les voit sombrer, on retient son souffle, on se demande comment tout cela peut bien se terminer… une première saison qui m’a tenu en haleine sans peine et que j’ai dévorée. La seconde, entamée mais pas finie à ce jour, m’a fait moins d’effet, malgré un Colin Farrell très bon dans son jeu. Je pense reprendre du début et terminer cette seconde saison pour me faire un avis, et savoir si elle est à la hauteur de la première, qui a mis la barre haute, très haute…

True detective 800

The Walking Dead & Game of Thrones

Est-il nécessaire que je parle de ces deux séries ? Incontournables du petit écran, nous suivons avec assiduité l’une comme l’autre.
Je crois avoir malgré tout une préférence pour The Walking Dead, j’y ai suivi les évolutions des personnages, et même si parfois la série s’est montrée inégale dans ses saisons ou dans son rythme, je reste pour le moment accrochée. Au moment où je rédige, je compte les jours avant le retour de la série suite à la pause hivernale, vivement la Saint Valentin !
Concernant Game of Thrones, la série est pour le moment toujours aussi surprenante, même si j’ai peur que l’on finisse par s’y perdre, la faute à trop de personnages, trop de régions différentes, trop de choses à retenir, trop de personnages éparpillés aux 4 coins de la carte, obligeant une narration découpée (un épisode centré sur untel, puis un sur bidule, jamais tout en même temps donc – et ce principe typiquement HBOesque on dirait me refroidit et démotive) parfois mes pinceaux s’emmêlent. 

GoT TWD 800

 Les réflexions que je me suis faites après avoir fait cette liste et en la relisant furent :

  • on en a pas tant regardé que ça (enfin y’a pas tout, mais je trouve que c’est pas si « pire » lol),
  • on regarde un peu de tout.

Loin d’être fermée, j’avoue néanmoins que j’aime avant tout la légèreté ou le divertissement dans les séries télé, car nous les regardons le soir quand mon Mini-geek est couché, et c’est un moment de détente à deux, vautrés lovés dans le canapé en pilou-pilou pour ma part (glamour toujours !) et histoire de se vider la tête après une journée épuisante, éprouvante, abominable, abominaffreuse, ter… bon, ok j’arrête là, j’en rajoute un poil trop ;)

Je crois ainsi avoir fait le tour des séries qui ont marqué mon année 2015.
Je n’ai pas tout mis, car certaines n’ont pas été assez regardés pour que je me fasse un avis, bon ou mauvais. Mais ça sera pour un autre article !

La prochaine fois, on causera animations japonaises :)
En attendant, je te souhaite d’avance un bon week-end ; le mien sera entre déjeuner entre amis et Mission Impossible car dimanche, je sauve le monde (si si j’t’assure, promis je t’en dirai plus par la suite ;) )!

À lundi pour un prochain article rétro !

 

Zelle

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

    Des Petits Bouts qui se ressemblent...


    Laissez un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    2 commentaires sur “[TV] Nos Séries de 2015