[Dossier Wonder Boy] Wonder Boy in Monster Land

WonderBoyInMonsterLand-Title

Cesse de te frotter les yeux, car tu ne rêves pas. Tu as bien là, en ce lundi d’hiver, le nouvel article consacré à Wonder Boy, alleluia !!

Je sais, j’ai mis du temps, beaucoup, en fait, la vérité c’est que j’ai un peu délaissé ce dossier, faute d’inspiration. Pourtant je suis une grande bavarde, j’aurai des choses à dire sur ce prochain Wonder Boy, mais à trop en dire, j’ai fini par avoir un brouillon sans queue ni tête, et une flemme intersidérale de revenir dessus… Puis je me suis raisonnée, et je me suis raconté un tas de bobards du genre « Hé mais Zelle penses à tout tes lecteurs secrets qui attendent fébrilement de lire la suite de ce dossier ! » histoire de retrouver cette chère Motivation accompagnée de son amie Inspiration.

Et donc, par respect pour ces lecteurs imaginaires, et parce que mieux vaut tard que jamais, voici la suite de ce dossier rétro, avec cette fois un article – certes léger, mais un article tout d’même – sur Wonder Boy in Monster Land !

 Monster_Land_for_the_Master_System_cover_artwork

Tom-Tom s’en va en guerre mironton mironton mirontaiiiine ♫.

Sans beaucoup (voir aucun) de rapport avec le premier épisode de la saga, arrive en 1986 sur Master System le second opus nommé « Wonder Boy in Monster Land » (que nous nommerons WBML pour une question de praticité).

Il est loin le temps où Tom-Tom se baladait à moitié nu et lançait à tout azimut des marteaux. Le voilà maintenant en armure, muni d’une épée et d’un bouclier, prêt à en découdre avec un ennemi désireux de nuire au royaume tout entier.
Changement d’époque , changement de décor, changement de gameplay, changement de tout (le changement c’est maintenant qu’il disait) et ça n’est pas forcément pour déplaire à qui que ce soit entre nous !

Wonder Boy in Monster Land est un jeu de plateforme où se mêle une petite notion RPG-esque : Tom-Tom peut donner des coups d’épée, et se protéger avec un bouclier, mais également acheter du matériel au fur et à mesure de l’aventure avec l’argent qu’il gagne (ou dérobe à ceux qu’il tue, s’toi qui voit) ici et là. Ainsi, démarrant avec une armure basique et de faible constitution, il pourra acheter des bouts d’armures plus robustes au fur et à mesure (jambières, plastron, bouclier…) et ainsi aller se taper méga stuffé.

Ouh que c’est mignon !

Agréable à l’oeil, si WBML ne met pas à l’honneur la Master System, il ne la met pas non plus en défaut, laissant place à des graphismes aussi simples que doux, et avec de jolies couleurs. Ca ne fourmille pas de détails, mais hé ! on est sur une Master System n’oublies pas.

WBML Cute

Oublie l’inertie improbable de Psycho-Fox.

Tu te souviens, je t’ai parlé de Psycho Fox dans un précédent article, très bon jeu de la Master System, mais à la maniabilité odieuse.
Ici, on est sur de la précision manette en main. Le bonhomme réagit bien, si parfois il faut faire des sauts exigeants, Tom-Tom saura répondre à ton timing et s’il chute, c’est que tu t’y es mal prit, pas d’excuse possible. Ce jeu métant en avant la possibilité de frapper et se défendre, et également de pouvoir lancer des sorts, il était important que la maniabilité soit irréprochable, car sur les combats de boss il faudra se montrer aussi agile pour esquiver que vif pour frapper et/ou se protéger. Fort heureusement, la maniabilité de Tom-Tom est au poil.

Collage 400

Une Replay-value augmenté

Si le jeu ne semble pas à refaire une fois terminé, il offre pourtant un potentiel de re-jouabilité car il existe tout au long du jeu un nombre important de passage secret et autre objet caché. Cela passe des simples pièces ou bourses d’argent invisible à l’oeil, mais qui se matérialise quand on saute au bon endroit, aux portes invisibles donnant l’accès à des vendeurs cachés, des diseurs de bonne aventure ou encore des sortes de mid-boss.

WBML Secret

Mais pourquoi devrais-tu jouer à Wonder Boy in Monster Land ?

En toute honnêteté, je ne vois pas de raison particulière qui pourrait te pousser à y jouer. Ce jeu n’est ni bon ni mauvais. Je me souviens d’y avoir prit du plaisir à l’époque, d’avoir apprécié ce jeu, mais de là à y rejouer maintenant… Franchement, non. Tu peux le tester, pour la découverte, pour ta culture vidéoludique si tu ne connais pas ce jeu, mais soyons franc : ce n’est pas le meilleur des Wonder Boy, encore moins celui que je te conseillerai de faire, si tu ne devais jouer qu’à un seul d’entre eux, non.
Celui que je te conseillerai, et même que je t’obligerai à tester, c’est… hé bien, tu sauras ça dans mon prochain article consacré au Garçon Merveilleux de chez SEGA ;)

Si tu aime les jeux vidéos rétro, et encore plus la Master System, je t’invite à lire, en attendant la suite, mon premier dossier sur celui qui avait faillit devenir la mascotte de SEGA, j’ai nommé Alex Kidd !

Zelle

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Des Petits Bouts qui se ressemblent...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *