[Grossesse] Et déjà, 9 mois de Toi & Moi

Voilà qu’octobre est là, et avec lui sonne la fin de cette seconde grossesse et notre rencontre tant attendue avec notre Petite Mangue, enfin ♥

C’est amusant parce que la fin d’une grossesse est pleine de contradictions. Je suis aussi impatiente de la rencontrer, qu’un peu angoissée à l’idée d’accoucher, et en même temps désireuse de prolonger encore un peu ces moments qui n’appartiennent qu’à nous deux.

Ces 9 mois, passées juste Elle et Moi, ensemble, furent 9 mois de Bonheurs.

Entre le moment de la découverte de sa présence au creux de moi, les angoisses des premiers mois, les premières images, l’annonce à nos proches et les effusions de joie et débordement d’amour, la découverte du sexe, les premiers mouvements… tellement de sentiments se sont bousculés en moi, tellement de choses se sont passées, et ce qui semblait durer longtemps est passé en un claquement de doigts.

Avec des vacances entre deux,  un déménagement suivi d’un emménagement éclair, une rentrée scolaire à gérer et un anniversaire à fêter deux fois, et nous voilà déjà à la fin du périple.

Aujourd’hui, je réalise que ce mois-ci est celui où elle sera dans nos bras, enfin, et déjà. Et comme lors de la première fois, je sais que la grossesse va me manquer.

Pourtant, ces dernières semaines ont été éprouvantes physiquement, et aujourd’hui encore, je me sens diminuée, fatiguée de ces nuits hachées, de ces journées où je me sens tantôt en forme, tantôt au bout, prise entre l’envie d’en faire encore beaucoup (coucou la maman qui fait un anniversaire d’enfant à 9 mois de grossesse !) et celle de ne plus rien faire d’autre que végéter dans mon Poang (seul endroit où je me sens « bien » quand je suis posée).

J’ai également du composer avec beaucoup de RDV médicaux pour des suivis divers me concernant, donc beaucoup d’aller/retour à l’hôpital, de prises de sang et donc de fatigue et parfois d’un peu de stress aussi (chouette les médecins de l’hôpital qui ne se concertent pas et t’appellent en mode un peu paniqués pour demander des examens complémentaires qu’en fait tu as déjà fait, pour cause de suivi avec un autre médecin d’un autre service, et que au final tout va bien d’ailleurs pour le moment).

Si on ajoute le fait que je suis déjà une maman d’un Mini-geek de 8 ans qui me demande du temps, de l’énergie, pour qui je dois faire preuve de patience alors que parfois j’ai envie d’exploser comme un volcan, un appartement que je continue d’aménager un peu, d’entretenir, du ménage que je fais toujours parce que je ne peux pas vivre dans la saleté tout d’même, et me voilà complètement rincée à n’attendre qu’une seule chose : la délivrance.

Oui mais voilà, je sais que quand cela arrivera, alors je n’aurai plus ce partage unique avec Elle. Et, d’un coup, je sens combien cela va me manquer cruellement (ça fait limite maso non ?).

Depuis que je la sens gigoter, je ne suis plus seule, et dans la mesure où Mademoiselle Mangounette est très très active, autant dire que je ne suis JAMAIS seule (on dirait presque un film d’horreur là non ?). Mais, quel plaisir que de la sentir… Sentir cette petite vie qui gagne en force, en intensité, qui s’exprime librement, au gré du bruit, de la musique, des voix autour, qui fait rire (ou effraie au choix) les gens quand ils voient mon ventre se déformer (et je t’assure qu’en ce moment, c’est très impressionnant !!), qui émeut chaque fois son Papa, ou le surprend quand elle est calme, qu’il pose sa main, fait un bisou et que d’un coup elle sursaute et fait la java… Tout ces petits moments vont me manquer.

Ce ventre aussi va me manquer… Ce ventre si lourd, si imposant, qui me rend impotente avec cette démarche de pachyderme, mais qui, sans vouloir me vanter, est beau, tout devant et ne m’a pas déformée !!! Car, j’ai la chance de ne pas avoir prit de poids outre-mesure, d’avoir tout pris dans le ventre (bon ok j’étais déjà pas mince avant, ça aide peut être) et du coup, je n’ai pas le visage bouffie, je ne ressemble pas à Quasimodo, ni rien de tout ça, et je m’entends même dire souvent que j’ai bonne mine et suis radieuse, que je porte bien la grossesse… Alors que j’ai l’impression d’être un zombie, à ne dormir que très peu parfois, à ne plus me coiffer par moment, à ne plus avoir mis de maquillage sur ma figure à part du rouge à lèvre depuis 9 mois…
Bon sang, ça va quand même me manquer tout ces jolis compliments (oui parce qu’à force faut bien avouer qu’on s’y fait). Je crois que je ne me suis jamais sentie aussi belle qu’enceinte à être noyée de si doux compliments… La grossesse rend heureux, radieux, beaux (on dirait un peu un slogan de produit de beauté, je sais…).

Et que dire de ces personnes croisées dans la rue, que je ne connais pas, mais qui m’abordent avec gentillesse, douceur, se montrent attentionnées, questionnent sur ce bébé, m’encouragent, me souhaitent bonne continuation, bon accouchement, bref plein de mots remplis de bienveillance, et offert comme ça, pour le plaisir de célébrer la vie… C’est assez particulier, même si j’ai l’habitude que les « inconnus » me parlent dans la rue (je suis la nana qui a -dixit mon Amoureux- la bonhomie sur le visage, et qui est toujours celle a qui on demande l’heure, l’horaire du bus, où se trouve tel ou tel truc dans la rue malgré les 10 autres personnes présentes…), donc ça ne devrait pas m’étonner… Mais quand cela se démultiplie et que les gens ne viennent me parler que pour l’envie de me dire « vous êtes radieuse », « vous le portez bien », « bonne continuation et plein de bonheur », cela me surprend et me touche énormément. Je vais sûrement finir avec un problème d’égo à cette allure d’ailleurs, allons-y doucement lol

Enfin, les attentions toutes particulières de mon entourage me manqueront aussi. Les nombreuses caresses de mon Amoureux pleines de douceur pour ce ventre qu’il chérit de plus en plus, les doux baisers qu’il y dépose fréquemment, toutes ces personnes qui prennent de mes nouvelles constamment, sont présentes à leur façon chacune, mes parents qui prennent soin de moi, de nous, et sont aux petits soins en venant me voir alors qu’ils sont à quand même environ 1h de route minimum, les nombreux cadeaux tous plus craquant les uns que les autres de tout nos proches, leur façon de s’investir et d’attendre avec nous sa venue…  Ce sont autant d’attentions, toutes différentes, mais présentes, qui me manqueront c’est certain.

En revanche, j’ai hâte de retrouver un peu de « mobilité » pour qu’on arrête de me croire en sucre à ne plus vouloir que je ne fasse quoi que ce soit lol sérieusement, je suis enceinte, à 9 mois maintenant certes, mais je peux encore me mouvoir un minimum ;-)

Ces 9 mois sont passés à une vitesse folle finalement, ces derniers jours à l’attendre semblent pourtant plus long (les heures se rallongent je crois), mais c’est enfin la dernière ligne droite, et ce mois ne se terminera pas sans sa précieuse présence à nos côtés…

Alors, il n’y aura plus de Elle et Moi, mais il y’aura Nous Quatre, une Jolie Famille qui s’agrandit.

 

Zelle

 

*Crédit photo Mademoiselle Céline B. qui a a fait un très beau travail lors de notre séance photo de grossesse ♥

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Des Petits Bouts qui se ressemblent...

Commentaire sur “[Grossesse] Et déjà, 9 mois de Toi & Moi”

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *