La fameuse pâte à tartiner de Christophe Michalak

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé le Nutella. J’en mangeai sur mes tartines de pain, sur mes crêpes, tout seul…. En grandissant, mon intérêt pour ce dernier n’a pas changé, mais ma consommation s’est réduite, puis avec la prise de conscience que nous avons tout(e)s eu concernant sa composition, ma consommation a encore baissée. Ce n’est pas pour autant que j’avais banni le fameux pot de ma maison [allez-y lâchez-vous, jetez-moi des cailloux !], puisque malgré tout, je n’aimai pas les autres pâtes à tartiner, et que j’ai de gros consommateurs qui viennent fréquemment à la maison et aiment en avoir pour le petit déjeuner.

Lasse malgré tout de continuer à consommer cette pâte, je me suis interrogée sur le meilleur moyen de bannir le Nutella de mes placards.
Le remplacer par une autre marque ? Non, le goût n’y est plus du tout et la composition n’est pas forcément meilleure.
Partir sur une variante bio plus « saine » ? Non, le goût reste peu appétissant (arrêtons de se mentir enfin !), et le prix assez conséquent.

Reste l’idée de la faire sois-même. Si au départ cela me semblait trop ambitieux, pour un résultat aléatoire, j’ai tout de même écumé le net à la recherche d’une pâte à tartiner validée par la blogosphère de la cuisine. Et je suis tombée sur une multitude de recette dont la fameuse pâte à tartiner de Christophe Michalak.

A la une

Tout les retours sont sans équivoques : c’est bon (et bien meilleur que le Nutella), c’est sain, c’est gourmand, et ça n’est pas bien difficile à faire.

Ni une ni deux, j’achetai dès le lendemain le nécessaire pour réaliser ma propre pâte à tartiner.

Je ne vais pas vous faire tourner autour du pot (ahahah), mais je peux avant même que vous lisiez la recette, vous confirmer tout ce que j’ai lu sur cette pâte à tartiner un peu partout : elle est DIVIVEMENT DELICIEUSE. La texture n’est pas lisse comme une pâte à tartiner du commerce, c’est le côté homemade dû au pralin maison, mais ça ajoute un petit plus en bouche. Vous avez là un vrai goût de noisette et zéro culpabilité quant à ce que vous mangez. Mon fils, qui n’aimait pas le Nutella (oui, cela existe) trouve en revanche la pâte à tartiner de maman délicieuse et mange maintenant des tartines de pain avec la pâte maison. L’Amoureux qui pourtant n’est pas un grand amateur a également cédé face à ce goût authentique. Et, test ultime, l’Ado qui vient en week-end 1 fois par mois à la maison, et qui aime le Nutella et en prend toujours quand il vient, a survalidé cette recette  et n’a pas touché au pot industriel dans la cuisine ! Le pari est donc tenu, la maison a adopté cette nouvelle gourmandise, le Nutella n’a plus d’avenir chez nous (YES !!) !

Avant de commencer la recette j’aimerai toutefois attirer votre attention sur quelques points très très importants, car pour la petite histoire, j’ai rencontré quelques déconvenues :

Utiliser IMPERATIVEMENT un robot-coupe, donc à lame, et pas autre chose. Qu’importe la puissance. Exit les blenders, mixeurs et compagnie. Les mélanges que vous allez avoir à passer dans le robot vont passer d’un état sableux à très compact puis semi liquide. Vous aurez donc besoin d’un matériel résistant, avec un bol large qui plus est. N’ayant pas de robot-coupe, j’ai tenté avec mon blender. Résultat : blender à la poubelle ! La cuve était trop petite, la lame pas du tout faites pour, et dès que le sablé s’est solidifié, mon blender à surchauffé et forcé, ce qui a bousillé le système de rouage.  Donc si vous n’avez pas de robot-coupe, ne tentez pas cette recette sous peine de casse ou/et epic fail. Pour ma part, j’ai emprunté celui de ma mère après cette déconvenue et compte bien en acheter un prochainement.
Il faudra faire un caramel dans cette recette. Si vous en avez déjà fait des tas de fois, et que vous êtes Master of Caramel, pas besoin d’en dire d’avantage. Autrement, je ne peux que vous conseiller de bien choisir votre casserole, une avec un fond épais. Idéalement une casserole en inox sera parfaite. Il s’agit d’un caramel à sec donc inutile de mettre de l’eau, ça n’est pas un oublie dans la recette ;) juste du sucre, sur un feu moyen (et j’insiste, mieux vaut patienter que vouloir aller vite et cramer son caramel et recommencer !!!) et de temps à autre, faites tourner légèrement votre casserole pour répartir le caramel, sans JAMAIS mélanger (si vous faites entrer une spatule dedans, vous faites entrer l’air et cristalliser le sucre : game over). Vous pouvez en revanche, à l’aide d’une spatule en bois, bouger le sucre EN SURFACE afin de le répartir un peu pour une prise plus rapide, dès l’instant où les bords se caramélisent.

 ♥♥♥♥♥

Ingrédients pour environ 750g de gourmandise à l’état pur : 

270g de noisettes
120g de sucre en poudre
150g de sucre glace
150g de chocolat au lait (avec au moins 40% de cacao)
25g de lait en poudre
10g de cacao amer type Van Houten
5g d’huile de pépin ou de tournesol
3g de sel finIngrédients

 1. Commencer par faire torréfier les noisettes. Pour cela, préchauffez votre four à 180°, puis posez-les sur une plaque et enfournez-les pendant 20min environ. Le tout est d’avoir des noisettes quasi-noires, ajustez donc le temps en fonction (cela peut aller de 15 à 30min pour ce résultat selon le four).Noisettes torréfiées

2. Ôtez la peau en les roulant dans un torchon propre. Les réserver.

3. Faites un caramel à sec. Mettez dans une casserole à fond épais les 120g de sucre en poudre avec la moitié du sel, et laissez chauffer sur feu moyen. Vous pouvez éventuellement faire chauffer un peu plus fort au début mais dès que vous constatez que le sucre se caramélise, je vous conseille vraiment de baisser le feu et être patient.Caramel cuisson

4. Dès que le sucre s’est transformé en caramel, retirer ce dernier du feu et le verser sur une plaque de cuisson sur laquelle vous aurez mis une feuille de papier sulfurisée. Le caramel va très rapidement durcir. Une fois ce dernier dur et légèrement refroidit, le casser en petit morceau.

Caramel brisé

5. Dans votre robot, mixez 120g de noisettes torréfiées avec le caramel en morceau afin d’obtenir une pâte molle. Il s’agit du pralin. Réserver.

Pralin

6. Nettoyez le bol du robot, et ensuite mixez le reste des noisettes torréfiées avec les 150g de sucre glace. Vous obtenez de la pâte de noisette.

Pâte noisette

7. Faites fondre le chocolat au lait, ajouter le à la pâte de noisette, avec le reste de sel, et mixez de nouveau.

8. Ajoutez le pralin, le lait en poudre, l’huile et le cacao, et mixez.
Il est conseillé de mixer 5 min pour que la pâte soit à consistance « idéale« , mais cela varie selon votre robot. En effet, la pâte va d’abord durcir puis au fur et à mesure qu’elle sera mixée s’assouplir. Si vous mixez trop longtemps, elle risque d’être trop liquide. Et si votre robot est trop puissant, il risque de chauffer et faire durcir la pâte très rapidement. Le mieux étant donc de surveiller votre pâte et d’ouvrir votre robot assez souvent pour tester la consistance (et au passage goûter le résultat….).

Nutella 1

Voilà, vous avez réalisé la meilleure pâte à tartiner du monde : celle faites avec de l’amour et des produits sains.

♥ Vous pouvez maintenant épater la galerie, vous la raconter lors de soirée Tupperware ou encore savourer devant votre série préférée votre pot sans état d’âme ♥

Rendez-vous sur Hellocoton !

Des Petits Bouts qui se ressemblent...

5 commentaires sur “La fameuse pâte à tartiner de Christophe Michalak”

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *